« Les faucons crient au loup ! », selon P. Krugman

C’est sous ce titre que Paul Krugman se gaussait, dans une tribune parue dans l’International New York Times des 23-24 août 2014, des membres du conseil de la banque centrale américaine (la Fed) qui, depuis plusieurs années, dénoncent le danger d’une recrudescence de l’inflation. Ils se sont trompés à chaque fois, signalait-il, mais ils persistent. Tous les économistes sont susceptibles de se tromper, moi inclus, admettait Krugman, mais les faucons de l’inflation ne semblent nullement disposés à tirer les leçons de leurs erreurs ni n’essaient de comprendre comment ils ont pu s’égarer à ce point.

« Eh bien, quand les mythes économiques ont la vie dure, l’explication est habituellement à chercher dans le domaine politique – et, en particulier, dans la défense d’intérêts de classe, continuait-il. Dans la mesure où les riches détenteurs d’obligations peuvent tout autant profiter de l’inflation qu’en souffrir, ces intérêts de classe s’avèrent moins évidents en matière d’inflation que, par exemple, en matière de diminution de la pression fiscale mais il n’en reste pas moins que l’exigence d’austérité monétaire malgré un niveau de chômage élevé émane toujours de la droite. » Et, dans la foulée, de mettre en cause Friedrich Hayek, Paul Ryan (le membre républicain du Congrès) et ces politiciens républicains dont les idées en matière économique s’inspirent des romans d’Ayn Rand et les accuser d’un manque total de foi, typique de leur engeance conservatrice, dans l’aptitude d’un gouvernement de faire quoi que ce soit de positif.

Paul Krugman (« Prix Nobel d’économie » 2008 et faiseur d’opinion au travers de la tribune qu’il tient dans le New York Times depuis 1999) s’est laissé aveugler par ses émotions et ses amalgames. En effet, que les riches soient réfractaires à l’inflation paraît élémentaire : leurs avoirs seraient directement exposés à cette forme de répression financière que constitue l’inflation. Pour ce qui est de Hayek et du rôle de l’Etat, l’éditorialiste versait dans l’approximation. Ne lit-on pas : « Il n’y a pas de système rationnellement soutenable dans lequel l’Etat ne ferait rien ». Chez Marx, Lénine, Keynes ? Non, chez Hayek. Etonnant ? Pas vraiment ! « Il est important de ne pas confondre l’opposition <au planisme et au collectivisme> avec une attitude de laissez faire dogmatique », écrivait-il encore dans la Route de la servitude.

Friedrich Hayek était non seulement un économiste (tout comme Krugman) mais il était aussi avant tout un philosophe. Sa pensée se situait d’abord sur le plan de la théorie de la connaissance et, sur ce plan, Hayek était convaincu que la concurrence était le meilleur moyen de laisser s’épanouir les individus et récusait toute autre méthode consciente de coordination des efforts humains qu’il jugeait inférieure.

Mais, pour garantir à tout un chacun le libre cours de son industrie, le libéralisme requiert un cadre juridique élaboré. Aux yeux de Hayek, l’Etat doit jouer un rôle vaste et incontestable dans le domaine législatif. Le libéralisme ne dénie d’ailleurs pas non plus à l’Etat certains types d’action gouvernementale voire de coercition pour préserver les droits individuels. Il lui refuse, par contre, l’usage de celles-ci comme principe d’organisation sociale et comme substitut à l’action des acteurs économiques individuels.

Que la vie économique et sociale devienne de plus en plus complexe ne rend pas l’intervention de l’Etat – ni celle de quelconques experts – plus nécessaire, relevait aussi Hayek. Cela oblige encore plus d’avoir recours à une méthode qui échappe à tout contrôle conscient car l’esprit humain ne peut suffire à cerner tous les aspects de l’économie et de la société en même temps. Parlant de l’incertitude, du hasard et des interactions entre toutes les inconnues connues et inconnues de la société et du monde, Nassim Nicholas Taleb ne disait pas autrement dans son livre Antifragile – Les bienfaits du désordre et témoignait, sans que ce ne fut son propos, de toute l’actualité de Friedrich Hayek.

Paul Krugman concluait sa tribune en déclarant que les dernières personnes dont il convenait de demander l’avis <en matière de politique monétaire> sont celles qui ont mis en garde contre l’inflation d’année en année. « Ecoutons-les poliment en guise de bonnes manières, puis ignorons-les. » Les soi-disant experts du planisme feraient volontiers le pari de l’omniscience et l’économie du débat contradictoire. De cela aussi, Hayek avertissait!

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

, ,

Trackbacks/Pingbacks

  1. « Les faucons crient au loup ! », selon Paul Krugman | Contrepoints - 1 septembre 2014

    […] — Sur le web. […]

Laisser un commentaire

Laissez votre commentaire ici. Votre adresse Email restera strictement privée.
Email
Print