Article précédent Article suivant « Eoliennes » (Fabien Bouglé) : La face noire de la transition écologique
Posted in Monde

« Eoliennes » (Fabien Bouglé) : La face noire de la transition écologique

« Eoliennes » (Fabien Bouglé) : La face noire de la transition écologique Posted on 9 janvier 2020Laisser un commentaire

Les éoliennes installées sur terre et en mer sont le symbole de la politique de transition énergétique que préconise une grande partie de l’élite politique occidentale, une politique largement inspirée en Europe par l’Energiewende – la révolution énergétique – de l’Allemagne, dans le mix énergétique de laquelle la chancelière Angela Merkel et son gouvernement décidèrent d’éliminer l’énergie nucléaire à la suite de l’accident, consécutif à un tsunami, dans la centrale nucléaire de Fukushima au Japon.

L’Allemagne, un des principaux fournisseurs d’éoliennes au monde

Que l’Allemagne soit entre-temps devenue l’un des principaux fournisseurs d’éoliennes au monde n’est sans doute pas étranger à la ferveur de ses dirigeants à exporter leur révolution énergétique.

En réalité, la politique d’installer des éoliennes dans les campagnes et les forêts et en mer au nom de l’idéologie « planétophile » va à l’encontre des écosystèmes qu’elle était censée protéger et c’est loin de s’avérer innocent.

C’est à la dénonciation de ce scandale que le lanceur d’alerte écologique et élu municipal français Fabien Bouglé s’est attelé depuis une dizaine d’années auprès de la commission parlementaire d’enquête sur les énergies renouvelables de l’Assemblée nationale française, dans des articles de presse et dans son livre paru en octobre dernier, Eoliennes – La face noire de la transition écologique, aux Editions du Rocher.

Trois des 4 éléments des éoliennes ont un impact écologique lourd

Une éolienne incorpore quatre éléments : une nacelle, des pales, un mât et un socle en béton armé. Hormis le mât qui peut être recyclé relativement facilement, les autres éléments constitutifs d’une éolienne présentent tous un impact écologique lourd.

Que l’extraction des terres rares (des métaux aux propriétés électro-magnétiques indispensables à la construction des turbines) comporte des répercussions terribles pour l’environnement et la santé des populations qui y sont exposées avait déjà été mis en évidence dans le livre de Guillaume Pitron, La Guerre des métaux rares, et cela a fait l’objet d’un rapport publié par l’Université technologique de Sydney en 2019.

Les très grandes difficultés de recycler les matériaux composites utilisés pour les pales et d’extraire les socles des éoliennes après qu’ils ont été enfuis dans le sol ont été étalées dans la presse, dans un article du magazine allemand Der Spiegel en 2019, parmi d’autres. En témoignent, si besoin en était, les 14.000 éoliennes qui se trouvent à l’abandon dans le seul Etat de Californie. (Photo ci-dessus)

Ajoutons-y le fait que les éoliennes sont de par leur fabrication, leur acheminement, leur montage et leur démontage elles-mêmes génératrices de gaz à effets de serre et que l’intermittence du vent rend nécessaire l’appoint de centrales électriques traditionnelles, et l’on conçoit aisément que l’on aboutit rapidement à l’effet inverse de celui recherché.

Les éoliennes, une véritable catastrophe financière

La prolifération d’éoliennes en Allemagne – où elles constituent une véritable catastrophe financière – sur base d’une argumentation simpliste faisant appel à la peur de la population fait que ce pays, dont 34% des besoins en électricité sont produits à partir d’énergies renouvelables, génère 10 fois plus de CO2 par kw/h que la France !

Outre que les éoliennes ont recours à des métaux dont l’extraction est hautement dommageable pour l’environnement et les populations et à des matériaux non-recyclables et qu’elles n’entraînent pas de réduction de l’émission de CO2 parce que l’intermittence du vent nécessite l’appoint de centrales à combustion de matières fossiles, Fabien Bouglé relève que les éoliennes peuvent avoir d’énormes conséquences sur la santé humaine et la faune marine et terrestre en raison notamment des infrasons qu’elles émettent et qu’elles rencontrent à ce titre la vive opposition des populations.

L’on reviendra aux autres conséquences de l’installation massive d’éoliennes ainsi qu’aux véritables raisons de leur multiplication avec Fabien Bouglé dans la seconde partie de la recension de son livre Eoliennes – La face noire de la transition écologique, remarquable réquisitoire assorti de centaines de notes et de références « face à ce scandale mondial inédit dans l’histoire ». A suivre.

Eoliennes – La face noire de la transition écologique, Fabien Bouglé, 240 pages, Editions du Rocher.

* * *

Abonnez-vous à la newsletter (à droite, sous l’image principale) de Palingénésie pour être automatiquement averti par mail de la publication de la seconde partie de la recension du livre de Fabien Bouglé. C’est gratuit et vous pouvez à tout moment vous désabonner.

Si cet article vous a plu, partagez-le sur les réseaux sociaux et envoyez-en le lien à vos amis et connaissances susceptibles de s’y intéresser. Soutenez la page Palingénésie sur Facebook et suivez Palingénésie sur Twitter.

Si vous ne souhaitez plus recevoir de mails de Palingénésie vous informant de la parution des articles, il vous est loisible de vous désabonner via l’espace « Newsletter » sous l’image principale de la page d’accueil du site ou par l’envoi d’un mail de désabonnement à l’adresse figurant dans les mails que vous recevez de Palingénésie.

Share and Enjoy !

0Shares
0 0 0

Soyez averti de nos prochains articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.