Article précédent Article suivant En route pour le communisme par d’autres voies
Posted in À la une Monde Société

En route pour le communisme par d’autres voies

En route pour le communisme par d’autres voies Posted on 13 janvier 20242 Commentaires

Il est de plus en plus difficile de connaître le Vrai, confia récemment à l’auteur de cette chronique une jeune lectrice, s’inquiétant à la suite, le regard plein de suspicion et quelque peu désespéré, de savoir si cette chronique n’était pas « de droite ». Voilà, résumé en quelques mots, l’objet du dernier essai de Mathieu Bock-Côté, Le Totalitarisme sans le goulag. C’est que, exposé à un torrent d’intox et de propagande, l’on ne sait plus à quel saint se vouer. Hannah Arendt, citée par l’essayiste, l’avait déjà noté : « Quand tout le monde vous ment en permanence, le résultat n’est pas que vous croyez ces mensonges mais que plus personne ne croit plus rien. » Quand, faute d’éléments de référence sur lesquels s’appuyer, la réalité devient floue, on perd sa capacité de réfléchir et on se laisse manipuler.

La falsification du discours sur le monde

A raison donc, Bock-Côté affirme que « le commun des mortels est désorienté : entre le monde dans lequel on lui dit qu’il vit et celui dans lequel il a l’impression de vivre, il sent de moins en moins de correspondance. » Et, l’impression d’irréalité que cet écart suscite explique la dépolitisation d’un très grand nombre de citoyens. « Si le faux est vrai et le vrai est faux, le dernier refuge de l’individu devient une intimité où il s’investit entièrement, écrit-il, le seul domaine de l’existence où la réalité et le discours sur la réalité coïncident et où il n’est pas dépossédé de son expérience du monde. » La falsification du discours sur le monde, c’est là « la » caractéristique du totalitarisme.

C’est aussi la caractéristique de ce que le sociologue québécois nomme le « régime diversitaire », une idéologie qui a ses racines dans la révolution contre-culturelle des années 60 et l’évolution de la gauche de l’ouvriérisme vers le culte des minorités. A la défense des travailleurs, relève Bock-Côté, elle a substitué une ambition messianique de délivrer l’humanité du mal incarné par l’homme blanc hétérosexuel cisgenre et de faire renaître le monde sous les auspices d’une diversité rédemptrice. A défaut d’adhérer sans réserve à sa vision du monde, la gauche vous rangera à droite.

Le régime diversitaire part de l’idée d’une discrimination systémique au sein de la société. Il s’ouvre ainsi des perspectives illimitées d’ingénierie sociale. De fait, une citoyenneté parfaitement inclusive telle que la conçoivent les tenants de ce régime nécessite un travail de rééducation permanent afin d’extirper les préjugés de la conscience collective et l’octroi de privilèges aux minorités afin de faciliter leur intégration sociale. Il s’agit de faire perdre son caractère universel à la citoyenneté en catégorisant la population en fonction de considérations ethniques, raciales et sexuelles et la dotant de droits différenciés.

Totalitarisme, la réalité subvertie par l’idéologie

La société perd son caractère organique. Tout doit être déconstruit afin de reconstruire en mieux à partir de l’utopie diversitaire, laquelle, soit dit en passant, fait fi de l’égoïsme et de l’orgueil qui sont ancrés aux tréfonds de la nature humaine. La réalité est subvertie par l’idéologie : il n’importe plus de distinguer le vrai du faux mais de s’assurer de la conformité à l’orthodoxie officielle. Ainsi en va-t-il, avec la théorie du genre, de ce que l’on tenait pour des vérités biologiques et anatomiques sur le corps humain : le ressenti a désormais la priorité.

Le dogme diversitaire fait table rase de tout substrat identitaire. Il instaure l’indétermination. Le genre n’en est qu’une facette, l’antispécisme, qui nie la primauté ontologique de l’humain, une autre. L’Occident renoue avec le communisme en ce que « la science passe du doute fécond aux certitudes juridiquement certifiées » et en ce que l’individu est appelé à se conformer et à se duper lui-même. Mais, comme le dit Bock-Côté dans ce remarquable essai de conceptualisation de la transformation de l’Occident qui se déroule sous nos yeux, l’essentiel est ailleurs. Il réside dans ce que notre société a engendré un formidable dispositif technocratique et coercitif qui peut à tout moment se resserrer d’un coup et condamner des dizaines de millions de personnes à l’enfermement et au traçage intégral si les circonstances s’en présentent et aussi dans ce que lorsqu’une société se déstructure elle donne libre cours à l’agressivité et à la folie et perd son élan vital.

Le Totalitarisme sans le goulag, Mathieu Bock-Côté, 272 p, Presses de la Cité.

* * *

Aidez Palingénésie à accroître sa notoriété en transférant cet article sur le totalitarisme à vos proches et à vos amis et en les invitant à s’inscrire sur palingenesie.com via le lien suivant : s’inscrire. Merci d’avance pour votre précieux soutien.

Si vous ne l’êtes pas encore, inscrivez-vous – c’est gratuit ! Vous recevrez un e-mail à l’adresse que vous aurez indiquée vous priant de confirmer votre inscription, ceci de manière à éviter qu’un tiers ne vous inscrive à votre insu. Une fois l’inscription confirmée, vous recevrez, en principe chaque semaine, un article, souvent la recension d’un ouvrage qui apporte une vision du monde originale, différente de ce que l’on lit et entend par ailleurs.

En cas de souci quelconque, veuillez envoyer un e-mail à : info@palingenesie.com.

* * *

Lisez ou offrez l’essai On vous trompe énormément : L’écologie politique est une mystification que Palingénésie a publié en avril 2020, en le commandant en version papier ou au format kindle sur Amazon.fr en suivant ce lien.

Vous le trouverez dans quelques librairies (voir la liste en suivant ce lien). Si vous êtes libraire et souhaitez proposer le livre à vos clients, n’hésitez pas à contacter Palingénésie à l’adresse info@palingenesie.com.

Palingénésie dispose d’un petit stock d’exemplaires. Il vous est possible de commander le livre en direct en envoyant un mail à l’adresse de contact de cette newsletter.

* * *

(Cet article a paru dans l’hebdo satirique PAN n° 4122 du vendredi 12 janvier 2024.)

Share and Enjoy !

Shares

Soyez averti de nos prochains articles

2 commentaires

  1. MERCI pour ce texte intéressant et, effectivement, plus personne ne croit plus rien…et nous courons vers une dictature, un totalitarisme effrayant!

  2. Dans le contexte tel qu’exposé, où situez-vous alors, cette autre tendance dictatoriale actuelle vers une démocratie illibérale, comme nous pouvons l’observer notamment dans les régimes mis en oeuvre ou préconisés par Orban, Erdogan, Netanyahu, Trump et Poutine? N’y-a-t-il pas une voie médiane entre l’extrême gauche et l’extrême droite?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Shares