Article précédent Article suivant Mondes d’ailleurs (Trinh Xuan Thuan) : Sommes-nous seuls dans l’Univers ?
Posted in A la deux Monde

Mondes d’ailleurs (Trinh Xuan Thuan) : Sommes-nous seuls dans l’Univers ?

Mondes d’ailleurs (Trinh Xuan Thuan) : Sommes-nous seuls dans l’Univers ? Posted on 23 octobre 20211 Comment

Le philosophe grec Epicure (341-270 av. J.-C.) avait exprimé son intuition de l’infinité du Cosmos et de la pluralité des mondes planétaires dans sa « Lettre à Hérodote » : « Il existe un nombre infini de mondes à la fois semblables et différents du nôtre. Car les atomes, étant infinis en nombre, sont entraînés loin dans l’espace. Destinés par leur nature à créer ou à façonner des mondes, ils ne peuvent être épuisés ni sur un seul monde, ni sur un nombre limité de mondes. »

Les six planètes de notre système solaire visibles à l’oeil nu étaient connues de l’humanité depuis l’Antiquité. Uranus ne fut découverte qu’en 1781, Neptune en 1846, Pluton en 1930. Cette dernière se révéla appartenir à la « ceinture de Kuiper », une ceinture d’astéroïdes à 30 à 55 fois la distance entre le Soleil et la Terre et fut par la suite déclassée.

Jusqu’il y a un quart de siècle, notre système planétaire constituait le seul que nous connaissions. A partir de 1995, des télescopes de plus en plus performants nous ont permis de découvrir de plus en plus de planètes, généralement plus massives que la Terre car les méthodes d’investigation restent encore limitées par l’immensité de l’Univers et les distances intersidérales. La question de savoir si des formes de vie et d’intelligence existent ailleurs que sur la Terre se pose toutefois désormais avec d’autant plus d’acuité que chaque jour nous en révèle plus sur l’existence d’autres mondes.

C’est à un merveilleux voyage dans le temps et dans l’espace, une leçon d’humilité épistémologique pour ceux qui en sont dépourvus, qu’invite l’astrophysicien et professeur à l’université de Virginie aux Etats-Unis Trinh Xuan Thuan dans le dernier en date de la vingtaine de livres que cet auteur de langue française et d’origine vietnamienne a publiés à ce jour.

Des milliards de planètes habitables

Alors que jusqu’il y a un peu plus de deux décennies nous en étions à spéculer sur leur existence, désormais nous savons qu’il existe des planètes qui orbitent autour d’autres astres que le Soleil, les planètes extrasolaires, aussi appelées exoplanètes. En mars 2021, 4400 en avaient été recensées, présentant des propriétés d’une grande diversité, la question restant ouverte de savoir s’il en existe de semblables à la Terre, susceptibles d’entretenir la vie.

Encore nous faudrait-il comprendre comment la vie a surgi sur Terre il y a 3,9 milliards d’années, l’animé de l’inanimé, « peu après » la formation du système solaire, il y a 4,5 milliards d’années. Nous serions la seule forme de vie intelligente dans notre système. Il n’est toutefois pas exclu que la vie ait existé ou existe sous une forme ou l’autre sur d’autres corps célestes du système. Mars, à la surface de laquelle l’eau a été présente, est de ce point de vue l’objet de toutes les sollicitudes, mais certaines lunes des planètes géantes (Europe, par exemple, qui gravite autour de Jupiter, possède un océan liquide recouvert d’une couche de glace d’une vingtaine de kilomètres d’épaisseur) retiennent aussi l’attention.

Question subsidiaire, s’il en fallait : en l’absence de formes d’intelligence extraterrestre dans le système solaire, y en existe-t-il ailleurs dans la Voie lactée, notre galaxie, riche de centaines de milliards d’étoiles et de planètes ? Les lois de la physique et de la chimie étant universelles, expose Trinh Xuan Thuan, la probabilité que parmi les milliers d’exoplanètes déjà répertoriées certaines se situent dans des « zones habitables » (ni trop chaudes, ni trop froides, disposant – condition sine qua non selon les spécialistes – d’eau liquide) et abritent des êtres capables eux aussi de se poser des questions sur l’Univers) est non nulle.

En effet, en extrapolant à la Voie lactée entière ce que nous savons du petit coin de galaxie que nous avons déjà exploré, il existerait 10 milliards de planètes habitables dans notre seule galaxie. Or, ne serait-ce que sur Terre, plusieurs espèces humaines ont déjà existé.

La vie, un miracle ?

Pour l’heure, la vie apparaît encore « quasiment comme un miracle ». Les contingences et le hasard auxquels elle est soumise sont toutefois conditionnées par les lois de la physique et de la chimie, en d’autres termes, in fine le nombre de possibilités est limité, le hasard, bridé. Reste néanmoins qu’à ce jour personne n’est venu nous rendre visite, ni n’a communiqué avec nous d’une manière qui nous soit perceptible, en provenance d’un monde d’ailleurs.

Et, ce n’est pas demain que nous partirons à la rencontre d’un « semblable » extraterrestre, la plus proche étoile (Proxima du Centaure) étant à 4,3 millions d’années-lumière. Une année-lumière correspondant à 9.461 milliards de kilomètres, la distance parcourue par la lumière en une année, le voyage prendrait 40 000 ans en l’état actuel de notre technologie.

Reste qu’aller à la recherche d’exoplanètes et d’êtres intelligents vivant dans d’autres mondes, c’est, écrit Trinh Xuan Thuan, « aller à la rencontre de nous-mêmes » et, si un jour le silence du cosmos était rompu, ce serait un extraordinaire revirement dans l’histoire de l’humanité, plus encore que la révolution copernicienne.

De sa naissance il y a 13,8 milliards d’années à aujourd’hui, l’Univers s’est peuplé de centaines de milliards de galaxies, chacune contenant des centaines de milliards d’étoiles. Dans l’une de ces galaxies, appelée la Voie lactée, près de l’une de ses étoiles, appelée le Soleil, se trouve une planète appelée Terre sur laquelle est apparu un être humain capable de comprendre les lois physiques qui régissent l’Univers, mais incapable à ce jour de répondre à la question de savoir si nous sommes seuls dotés de vie consciente.

Car, il nous faut encore comprendre l’origine de la vie sur notre propre planète, l’un des plus grands mystères de la science, afin d’en déterminer les conditions physiques et chimiques susceptibles d’en favoriser l’éclosion ailleurs, identifier ces mondes d’ailleurs au-delà du système solaire – puisqu’il semble donc que nous représentons la seule forme de vie intelligente dans le système solaire – et détecter la vie dans ces mondes d’ailleurs afin de savoir si elle est, comme le pensait le prix Nobel belge de médecine Christian de Duve, « un impératif cosmique ».

Mondes d’ailleurs, Sommes-nous seuls dans l’Univers ?, Trinh Xuan Thuan, 544 p, Flammarion.

* * *

Si vous ne l’êtes pas encore, inscrivez-vous – c’est gratuit ! – avec votre adresse e-mail sur palingenesie.com. Vous recevrez un e-mail à l’adresse que vous aurez indiquée vous priant de confirmer votre inscription, ceci de manière à éviter qu’un tiers ne vous inscrive à votre insu. Une fois l’inscription confirmée, vous recevrez, en principe chaque semaine, un article, souvent la recension d’un ouvrage qui apporte une vision du monde originale, différente de ce que l’on lit et entend par ailleurs.

Si vous aimez lire ces articles, aidez Palingénésie à accroître sa notoriété en transférant cet article à vos amis et aux membres de votre famille et en les invitant à s’inscrire sur palingenesie.com dans l’espace prévu à cet effet (voir sur la page d’accueil et sous chaque article). Merci d’avance pour votre soutien. Il est précieux !

* * *

Lisez ou offrez l’essai On vous trompe énormément : L’écologie politique est une mystification que Palingénésie a publié en avril 2020, en le commandant en version papier ou au format kindle sur Amazon.fr en suivant ce lien.

Vous le trouverez dans quelques librairies (voir la liste en suivant ce lien). Si vous êtes libraire et souhaitez proposer le livre à vos clients, n’hésitez pas à contacter Palingénésie à l’adresse newsletter@palingenesie.com.

Palingénésie dispose d’un petit stock d’exemplaires. Il vous est possible de commander le livre en direct en envoyant un mail à l’adresse de contact de cette newsletter.

* * *

(L’article ci-dessus a initialement été publié dans l’hebdomadaire satirique PAN n° 4005 du vendredi 15 octobre 2021.)

Share and Enjoy !

Shares

Soyez averti de nos prochains articles

1 commentaire

  1. Beau post pour commencer ce week-end , nous ramenant à un peu de humilité !

    Et pour une fois vous donnez plus de questions que de réponses …

    Bien à vous .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Shares