Posted in A la deux Europe Monde Philosophie Société

Sonia Mabrouk, l’Occident et le sacré

Sonia Mabrouk, l’Occident et le sacré Posted on 9 mars 20244 Commentaires

« J’ai reconnu le bonheur au bruit qu’il a fait en partant », a écrit Jacques Prévert, cité par Sonia Mabrouk dans Reconquérir le sacré, l’essai dans lequel la journaliste franco-tunisienne, animatrice de radio-télé, invite à ne pas délaisser le sacré au risque de tomber dans un silence assourdissant, l’oxymore d’Aragon. Réfugions-nous dans le sacré, à la manière du transcendantaliste Henry David Thoreau dans son Walden ou du Waldgänger d’Ernst Jünger qui l’un et l’autre trouvent la paix au fond des bois et s’échappent, le temps qu’il faut, d’un « monde qui cherche à nous photocopier ». Retrouvons-nous, pour paraphraser Karen Blixen, citée par l’autrice, là où nous avons le sentiment d’être où nous nous devions d’être et accrochons « à ce qui nous élève [plutôt que] de pinailler sur ce qui nous divise ».

Le « désenchantement du monde »

Est-ce pour fuir cette sensation de vide, à laquelle Pascal dans ses Pensées condamnait tout homme sans Dieu, s’interroge-t-elle, qu’elle s’est mise à toucher du doigt ce « lointain si proche » qu’est le sacré ? Elle se réfère au philosophe polyglotte et historien des religions Mircea Eliade (1907-1986) qui définit la relation de l’homme au sacré comme une relation à l’absolu. C’est dans cette relation, expliquait-il, que tout homme trouve remède à son angoisse existentielle et la survivance du sacré conditionne la pérennisation de toute collectivité. « Tu ne me chercherais pas, écrivit Pascal, si tu ne m’avais trouvé », remémorant cette confession de Saint-Augustin : « Tu étais au-dedans de moi et moi j’étais dehors, et c’est là que je T’ai cherchée. »

Le sociologue allemand Max Weber, également cité par Mabrouk, attribue le « désenchantement du monde », expression popularisée par L’Ethique protestante et l’Esprit du capitalisme (1904) pour en fustiger la perte de sens, à la rationalisation. Il ne s’agit pas de renier le progrès technologique, mais de « tâcher de garder toujours un morceau de ciel au-dessus de sa vie », pour paraphraser Marcel Proust dans Du côté de chez Swann. Comment faire ? Renouons avec cette vertu qu’est la patience, suggère Mabrouk.

La reconquête du sacré est-elle nécessairement religieuse ? Bien qu’elle ne cache pas que ce fut sa voie à elle à la suite de la disparition de sa « maman adorée », un sujet qu’elle aborde avec beaucoup de tendresse et d’humilité, elle conteste que ce doive l’être toujours et pour chacun. Dans L’Envers et l’Endroit, Camus parle de la Méditerranée dans une sorte d’extase comme l’ayant porté « à la fois si près et si loin de moi-même ». Mabrouk parle chez Camus – qui écrivit qu’il ne s’était jamais senti d’âme religieuse que devant la mer ou la nuit » – d’une « sacralisation du monde », « un sacré sans transcendance, mais où tout s’incarne dans l’immanence des éléments du monde ».

L’« antidote à l’affadissement de la civilisation occidentale »

La pandémie servit de révélateur, selon Mabrouk. Elle plongea le monde dans un état de psychose collective. Chacun se retrouvant seul face à lui-même, ne comprenant pas ce qui lui arrivait, prenant « douloureusement conscience du néant », eut la démonstration de la nécessité du sacré. « Nous avons tous un peu de Henri Bergson en nous au sens où nous ressentons charnellement le besoin d’un élan vital, ou un élan original, à la base de tout mouvement matériel ou spirituel du monde. Le sacré est de cet ordre-là. » Derrière toute civilisation, poursuit-elle, il y a un empire, c’est à dire une communauté politique unissant des peuples parfois différents mais unis sous une même bannière spirituelle, frein au « moi je » égocentrique ou narcissique qui empêche d’entendre l’Autre.

Réapprenons le sacré, l’« antidote à l’affadissement de la civilisation occidentale au moment ou cette dernière n’a plus rien à offrir, sinon un chapelet de contritions », et luttons contre les idéologies de la destruction, écologistes et radicales en tous genres. Sinon, de ce que vous avez aimé, conclut-elle, que restera-t-il ?

Reconquérir le sacré, Sonia Mabrouk, 138 p, Editions de l’Observatoire.

* * *

Aidez Palingénésie à accroître sa notoriété en transférant cette recension à vos proches et à vos amis et en les invitant à s’inscrire sur palingenesie.com via le lien suivant : s’inscrire. Merci d’avance pour votre précieux soutien.

Si vous ne l’êtes pas encore, inscrivez-vous – c’est gratuit ! Vous recevrez un e-mail à l’adresse que vous aurez indiquée vous priant de confirmer votre inscription, ceci de manière à éviter qu’un tiers ne vous inscrive à votre insu. Une fois l’inscription confirmée, vous recevrez, en principe chaque semaine, un article, souvent la recension d’un ouvrage qui apporte une vision du monde originale, différente de ce que l’on lit et entend par ailleurs.

En cas de souci quelconque, veuillez envoyer un e-mail à : info@palingenesie.com.

* * *

Lisez ou offrez l’essai On vous trompe énormément : L’écologie politique est une mystification que Palingénésie a publié en avril 2020, en le commandant en version papier ou au format kindle sur Amazon.fr en suivant ce lien.

Vous le trouverez dans quelques librairies (voir la liste en suivant ce lien). Si vous êtes libraire et souhaitez proposer le livre à vos clients, n’hésitez pas à contacter Palingénésie à l’adresse info@palingenesie.com.

Palingénésie dispose d’un petit stock d’exemplaires. Il vous est possible de commander le livre en direct en envoyant un mail à l’adresse de contact de cette newsletter.

* * *

(Cet article a paru dans l’hebdo satirique PAN n° 4130 du vendredi 8 mars 2024.)

Share and Enjoy !

Shares

Soyez averti de nos prochains articles

4 commentaires

  1. MERCI pour cette présentation claire d’un livre manifestement utile! Nous savons à quel point les humains ont besoin de sacré, observons le vide dans la plupart des têtes… et je commande à l’instant.

  2. Alors là je suis sidéré monsieur Godefridi ! Ou alors nous n’avons pas la même définition du sacré.

    Car si croire en Dieu est la solution nous sommes tombés bien bas …

    Il me paraît quand même évident que la religion n’est qu’une création de l’Homme en réaction au mieux à son désir d’être immortel (et donc de croire en son éternité, soit sous forme de réincarnation, soit sous forme d’une persistance de vie au Paradis) au pire à son désir de se croire élu ou en tout cas de le faire croire aux innocents (dans le sens pas gentil du terme) qui seront donc dociles et soumis.

    Bon dimanche à vous.

    1. Ce n’est pas ce que Sonia Mabrouk écrit, ni ce que l’article prétend :

      La reconquête du sacré est-elle nécessairement religieuse ? Bien qu’elle ne cache pas que ce fut sa voie à elle à la suite de la disparition de sa « maman adorée », un sujet qu’elle aborde avec beaucoup de tendresse et d’humilité, elle conteste que ce doive l’être toujours et pour chacun. Dans L’Envers et l’Endroit, Camus parle de la Méditerranée dans une sorte d’extase comme l’ayant porté « à la fois si près et si loin de moi-même ». Mabrouk parle chez Camus – qui écrivit qu’il ne s’était jamais senti d’âme religieuse que devant la mer ou la nuit » – d’une « sacralisation du monde », « un sacré sans transcendance, mais où tout s’incarne dans l’immanence des éléments du monde ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Shares