Article précédent Article suivant La psychologie du totalitarisme (3) : La montée en puissance de la masse
Posted in Monde Philosophie Psychologie Société

La psychologie du totalitarisme (3) : La montée en puissance de la masse

La psychologie du totalitarisme (3) : La montée en puissance de la masse Posted on 10 septembre 20221 Comment

Dans sa Réponse à la question « Qu’est-ce que Les Lumières ? » (1784), Emmanuel Kant écrivit : « Les Lumières se définissent comme la sortie de l’homme hors de l’état de tutelle dont il est lui-même responsable. L’état de tutelle est l’incapacité de se servir de son entendement sans être dirigé par un autre. Elle est due à notre propre faute lorsqu’elle résulte non pas d’une insuffisance de l’entendement, mais d’un manque de résolution et de courage pour s’en servir sans être dirigé par un autre. Sapere aude. Aie le courage de te servir de ton propre entendement. Telle est la devise des Lumières. »

Un siècle et demi plus tard, on en était arrivé, par une sorte de phénomène effroyable, à l’opposé de ce à quoi l’on s’attendait. Avec la montée du nazisme et du communisme, émergea un nouveau type d’État, totalitaire, que la philosophe Hannah Arendt dans Les Origines du totalitarisme distingua de la dictature pure et simple par ses aspects socio-psychologiques, à savoir un processus de formation de masse, dont Mattias Desmet, c’est l’objet de son livre sur La psychologie du totalitarisme, estime qu’il est tout à fait d’actualité. « Différents présages, écrit-il, donnent à penser qu’une nouvelle sorte de totalitarisme (technocratique) est en train d’éclore. »

Quatre conditions favorisent, selon Mattias Desmet, l’apparition d’un tel processus psycho-social. Ce qu’il appelle l’idéologie « mécanistique » a fini par mener à tous les quatre : l’isolement social ; la perte de sens de l’existence ; un sentiment d’angoisse diffuse et d’inconfort psychologique au sein de la population ; la frustration et l’agressivité qui en résultent et se donnent libre cours.

Deux principes moteurs

Ces conditions découlent les unes des autres et s’alimentent. Il suffit alors que les médias de masse propagent une narration crédible comme catalyseur pour qu’une société individualiste et rationnelle bascule brutalement dans un état opposé, une forme de collectivisme irrationnel. Peu importe que la narration soit juste ou ne le soit pas, pour autant que la masse y croit. S’instaurent alors une pseudo-solidarité dont les deux principes moteurs, fallacieux et vieux comme le monde, sont l’argumentum ad populum et l’argumentum ad auctoritatum, sources d’intolérance et d’autoritarisme, ainsi que, selon l’expression d’Hannah Arendt, la « banalité du mal ».

Comment pourrait-on feindre d’ignorer que lesdits principes aient été à l’oeuvre dans nos sociétés frappées ces deux dernières décennies par le terrorisme, le changement climatique, le coronavirus ? En vérité, les idéologues sont à ce point fanatiquement aveuglés par leur propre idéologie qu’elle rend à leurs yeux légitimes la manipulation, le mensonge et la tromperie. L’enjeu n’est-il pas de construire le meilleur des mondes possibles et ne justifie-t-il pas tous les expédients ?

Et, c’est à ce niveau que se manifeste dans une société totalitaire la volonté de réduire la richesse lexicale du langage humain à la simplicité de celui des symboles et des signes. Pendant l’épisode du coronavirus, cela se traduisit par les notions consécutives exprimées par les omniprésents experts (flatten the curve, crush the curve, prevent the curve) qui toutes contribuèrent à entraver la liberté de disposer de soi, quand ce n’était la liberté de s’exprimer, et à renforcer le contrôle social.

Que l’on ne se trompe, ce qui détermine ce type de situation ce ne sont pas les meneurs qui en tirent éventuellement parti, mais les narrations et l’idéologie qui les sous-tend. « Les idéologies possèdent chacun et n’appartiennent à personne, écrit Mattias Desmet ; chacun y joue un rôle, personne n’en connaît le script entier. » C’est ce qui différencie le totalitarisme du complot.

Ce dernier s’ourdit dans le secret par quelques initiés ; la pensée unique, par contre, opère au vu et au su de tous et contamine tous les rangs de la société : le pouvoir politique, le monde académique, la justice, la police, les médias, jusqu’à une grande partie de la population. A travers elle, la masse, et plus encore de notre temps, cherche à exercer un contrôle absolu sur la société entière.

Le Grand Bond en avant

Le passage de la démocratie à une technocratie totalitaire, dans lequel la crise du coronavirus aura constitué le Grand Bond en avant, est parfaitement en phase, juge Desmet, avec la pensée mécaniste qui considère l’homme et le monde comme des machines et, à ce titre, susceptibles d’être réparés. Cela fait partie de sa logique, de même que le fait que dans un tel univers ce soient les experts qui prévalent. Ne sont-ils pas censés avoir une connaissance supérieure des mécanismes qu’ils sont censés ajuster ?

Que des instituts soient créés et des projets de société futuriste développés par la suite par des gens éminemment riches ou influents (le Great Reset du World Economic Forum de Davos, par exemple) ne change rien à la nature socio-psychologique du phénomène à la base de la prégnance idéologique – ni à ce qu’il ne faille y voir une conspiration planifiée de haut en bas, dans le secret et avec une intention malveillante. En d’autres termes, si plan totalitaire il y a, il suit l’opinion publique plutôt qu’il ne la précède. Le totalitarisme n’est pas le produit d’une élite, mais bien de la masse.

Ceci posé, il est évident que la mécanisation, l’industrialisation, la technicisation et la médiatisation de notre société ont abouti à fortement centraliser le pouvoir et que ce dernier, entre les mains d’un nombre restreint d’acteurs, n’est pas nécessairement exercé, loin s’en faut, de manière scrupuleuse. Quand, dans les hautes sphères du pouvoir et de l’industrie, on corrompt, manipule, dissimule pour conduire des stratégies douteuses, il reste bien sûr qu’il puisse y avoir lieu de parler de complot. C’en est même la définition.

De psychologie van totalitarisme, Mattias Desmet, 272 pages, Pelckmans Uitgevers. (Première partie et deuxième partie de la recension via les deux liens. A suivre. Dernière partie à paraître samedi prochain.)

* * *

Aidez Palingénésie à accroître sa notoriété en transférant cet article sur la psychologie du totalitarisme et de la formation de masse à vos amis et aux membres de votre famille et en les invitant à s’inscrire sur palingenesie.com dans l’espace prévu à cet effet sur la page d’accueil et sous chaque article, ou directement via le lien suivant : s’inscrire. Merci d’avance pour votre précieux soutien.

Si vous ne l’êtes pas encore, inscrivez-vous – c’est gratuit ! – avec votre adresse e-mail sur palingenesie.com. Vous recevrez un e-mail à l’adresse que vous aurez indiquée vous priant de confirmer votre inscription, ceci de manière à éviter qu’un tiers ne vous inscrive à votre insu. Une fois l’inscription confirmée, vous recevrez, en principe chaque semaine, un article, souvent la recension d’un ouvrage qui apporte une vision du monde originale, différente de ce que l’on lit et entend par ailleurs.

* * *

Lisez ou offrez l’essai On vous trompe énormément : L’écologie politique est une mystification que Palingénésie a publié en avril 2020, en le commandant en version papier ou au format kindle sur Amazon.fr en suivant ce lien.

Vous le trouverez dans quelques librairies (voir la liste en suivant ce lien). Si vous êtes libraire et souhaitez proposer le livre à vos clients, n’hésitez pas à contacter Palingénésie à l’adresse newsletter@palingenesie.com.

Palingénésie dispose d’un petit stock d’exemplaires. Il vous est possible de commander le livre en direct en envoyant un mail à l’adresse de contact de cette newsletter.

* * *

(Cet article sur la psychologie du totalitarisme a été publié dans l’hebdomadaire satirique PAN n° 4051 du mercredi 31 août 2022.)

Share and Enjoy !

Shares

Soyez averti de nos prochains articles

1 commentaire

  1. EXACT! « Le totalitarisme n’est pas le produit d’une élite, mais bien de la masse. »
    Et j’observe de plus en plus que les gens s’ennuient à périr – eux qui devaient se battre pour survivre ont maintenant tous les droits – et cet ennui mène au pire…..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Shares