Posted in À la une Europe Monde Philosophie

L’empire des imposteurs

L’empire des imposteurs Posted on 24 décembre 20222 Commentaires

La semaine passée, le titre de cette chronique s’inspirait du recueil qu’avait publié en décembre 1999 le journaliste et essayiste libéral français Jean-François Revel (1924-2006), membre de l’Académie française, de ses propres chroniques politiques et littéraires des deux dernières décennies du siècle dernier sous le titre Fin du siècle des ombres.

Il s’en expliquait dans sa préface. Le XXe siècle a-t-il été l’antithèse de celui des Lumières ? Non, si l’on s’en tient aux énormes progrès des connaissances scientifiques réalisés au XXe siècle. Mais oui, si l’on prend en considération que le lien tissé par les intellectuels du XVIIIe siècle entre la politique et la vérité, l’action et la raison, la connaissance et la justice, a été défait au XXe « par égarement idéologique autant que par volonté de puissance ».

Les intellectuels du XXe siècle ont, accusa Jean-François Revel, eu bien moins à coeur de faire triompher le Bien et le Vrai que les causes pour lesquelles ils s’étaient engagés au mépris de la vérité et de la justice. « Au XXe siècle, c’est fort peu la vérité qui a servi de guide à la politique. Au contraire, c’est surtout la politique qui est devenue le critère de la vérité. Ce n’est pas la politique qui a été moralisée, c’est la morale qui a été politisée. »

A cet égard, le titre du recueil de Jean-François Revel, Fin du siècle des ombres, pris à la lettre, relevait d’un optimisme prématuré et le titre de cette chronique, il y a une semaine, « Le retour des ombres », était erroné : les ombres du siècle passé n’effectuent pas un retour, elles ne se sont jamais dissipées.

Marx et Hitler

Dans l’une des entrées de son recueil de 660 pages, Jean-François Revel s’étonne du temps qu’ont pris ses compatriotes avant de lire Marx, puis ses critiques (Hayek, von Mises, Schumpeter, etc.), mais déjà auparavant de lire Tocqueville, « le plus grand penseur politique de la France, ignoré dans l’enseignement secondaire et supérieur pendant plus d’un siècle ». Est-ce le mythe selon lequel le libéralisme serait de droite et viserait à supprimer tout système de protection sociale ? C’est faux, dit-il, l’expérience le prouve : c’est dans des sociétés libérales que de tels systèmes ont été institués.

Encore, entend-on chez ceux qui y sont opposés, faut-il faire la distinction entre le libéralisme politique et le libéralisme économique. Non seulement, c’est faux, pointa Revel, mais c’est absurde : comment pourrait-on enlever aux citoyens la totalité ou une grande partie de leur pouvoir économique et espérer qu’ils résistent aux abus du pouvoir politique ? Il suffit de lire Marx pour s’en convaincre. L’interventionnisme économique de l’Etat réduit toujours les libertés politiques.

Dans son Etat omnipotent écrit pendant la Seconde Guerre mondiale, l’économiste viennois Ludwig von Mises, qui émigra à cause du nazisme, fit un rapprochement entre les dix mesures économiques d’urgence que Marx préconisa dans le Manifeste communiste de 1847 et le programme économique de Hitler. « Huit sur dix de ces points, nota von Mises, cité par Revel, ont été exécutés par les nazis avec un radicalisme qui eût enchanté Marx. »

Dans la tradition hégélienne (cf. l’article précédent de cette chronique), l’Etat transcende l’individu, lui permet de s’accomplir et est omnipotent. Le Manifeste communiste et Mein Kampf s’en inspirent, ils préconisent le travail obligatoire pour tous et la constitution d’armées de travailleurs encadrés, entraînés et commandés, rappelle Revel.

Aux racines de la tyrannie

Il relève que le totalitarisme est un courant de fond continuellement présent dans la pensée humaine. Il suscite l’adhésion des masses – De psychologie van totalitarisme du professeur en psychologie clinique de l’université de Gand Mattias Desmet en fournit une tentative d’explication ; il en a été question ici – et il remporte parmi les élites un succès d’estime auprès de ceux qui le flattent, des imposteurs et des mystificateurs – ce penchant turpide de la nature humaine est aisément pénétrable. Tout flatteur… ça ne date pas d’hier.

Aucune forme de collectivisme ne peut justifier de sacrifier les libertés individuelles et concrètes à la construction d’un paradis futur, car l’histoire est imprévisible – il est difficile de se mettre d’accord sur son déroulement passé, alors, pensez, d’en anticiper l’évolution -, et toutes les tentatives passées de constructivisme social ont débouché sur la tyrannie, non par hasard, mais par dessein : « Tous les auteurs d’utopies, dit Revel, inscrivent le système répressif totalitaire dans l’organigramme initial de leur projet de société tel qu’ils le conçoivent dans sa perfection. La tyrannie traduit l’essence de leur pensée, et non point la difficulté de la mettre en pratique. » Il n’est pas fortuit que vous y voyiez des analogies avec l’écologie politique.

* * *

Votre « palingénésiste » vous souhaite un Joyeux Noël. Si vous désirez offrir un exemplaire dédicacé de On vous trompe énormément : L’écologie politique est une mystification, veuillez envoyer un mail à l’adresse newsletter@palingenesie.com.

* * *

Aidez Palingénésie à accroître sa notoriété en transférant cet article sur l’écologie politique et le retour des ombres à vos proches et à vos amis et en les invitant à s’inscrire sur palingenesie.com dans l’espace prévu à cet effet sur la page d’accueil et sous chaque article, ou directement via le lien suivant : s’inscrire. Merci d’avance pour votre précieux soutien.

Si vous ne l’êtes pas encore, inscrivez-vous – c’est gratuit ! – avec votre adresse e-mail sur palingenesie.com. Vous recevrez un e-mail à l’adresse que vous aurez indiquée vous priant de confirmer votre inscription, ceci de manière à éviter qu’un tiers ne vous inscrive à votre insu. Une fois l’inscription confirmée, vous recevrez, en principe chaque semaine, un article, souvent la recension d’un ouvrage qui apporte une vision du monde originale, différente de ce que l’on lit et entend par ailleurs.

* * *

Lisez ou offrez l’essai On vous trompe énormément : L’écologie politique est une mystification que Palingénésie a publié en avril 2020, en le commandant en version papier ou au format kindle sur Amazon.fr en suivant ce lien.

Vous le trouverez dans quelques librairies (voir la liste en suivant ce lien). Si vous êtes libraire et souhaitez proposer le livre à vos clients, n’hésitez pas à contacter Palingénésie à l’adresse newsletter@palingenesie.com.

Palingénésie dispose d’un petit stock d’exemplaires. Il vous est possible de commander le livre en direct en envoyant un mail à l’adresse de contact de cette newsletter.

* * *

(Cet article a paru dans l’hebdo satirique PAN n° 4066 du mercredi 14 décembre 2022.)

Share and Enjoy !

Shares

Soyez averti de nos prochains articles

2 commentaires

  1. Très grand merci pour ce texte parfait! « Ce n’est pas la politique qui a été moralisée, c’est la morale qui a été politisée » répond à une question que je me posais… et l’écologie politique fait PEUR car elle nous ruine, détruit beaucoup, et j’espère encore que nos concitoyens feront preuve d’esprit critique, s’instruiront…. réagiront!!

  2. Excellente synthèse ! Je vous conseille également, du même Revel : L’Obsession anti-américaine, Plon, 2002.
    Surtout et encore toujours, dans le contexte actuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Shares