Article précédent Article suivant Relire Taleb : « Jouer sa peau » face aux « Asymétries cachées » du quotidien
Posted in Monde

Relire Taleb : « Jouer sa peau » face aux « Asymétries cachées » du quotidien

Relire Taleb : « Jouer sa peau » face aux « Asymétries cachées » du quotidien Posted on 20 juillet 2020Laisser un commentaire

Nassim Nicholas Taleb n’écrit pas uniquement pour ses contemporains, mais aussi pour la postérité. Seul le temps est le juge ultime de la vérité en toutes choses. « La survie, y a que ça de vrai – le reste, on s’en fout. » C’est ce qu’il affirme sans ambages dans Jouer sa peau, le cinquième tome de sa série littéraire Incerto dont le premier fut Le Hasard sauvage, suivi par Le Cygne noir, Le Lit de Procuste et Antifragile.

Dans Jouer sa peau, Taleb traite des Asymétries cachées dans la vie quotidienne sous quatre angles qui s’imbriquent dans un ensemble, l’incertitude et la fiabilité de notre connaissance théorique et pratique, la symétrie dans les affaires humaines (équité, justice, réciprocité, responsabilité), le partage des informations dans les transactions et la rationalité dans les systèmes complexes et le monde réel.

Partons de ce premier constat : Les hommes ont de tous temps été fous, mais ils n’étaient pas assez habiles pour détruire le monde. Maintenant, ils le pourraient ! Taleb est pour la décentralisation et résolument contre les grands machins artificiels (mondialisation, Etats multi-ethniques et tous les autres trucs conçus par des gens sans skin in the game qu’adorent les « baratineurs stochastophobes » des milieux universitaires et médiatiques).

Il est d’avis qu’il est plus aisé de commettre ou de raconter des c… en mode macro (que l’on songe aux macro-économistes dont les longues-vues sont tellement puissantes qu’ils en oublient qu’il existe des loupes) qu’en mode micro, a fortiori si les conséquences de ces c… sont supportées par d’autres.

C’est ce que Taleb qualifie de « prise de risque à la Bob Rubin », du nom de cet ancien Secrétaire d’Etat au Trésor américain qui, rapporte Taleb, toucha cent millions de dollars de primes de la Citibank au cours des années ayant précédé le krach de 2008 et qui, quand il se produisit, invoqua un « cygne noir » et fit renflouer la banque par les contribuables.

Ils n’en furent pas les seules victimes. La plus grande en fut l’économie de marché entière, « car le public, déjà enclin à haïr les financiers, écrit Taleb, se mit à confondre économie de marché et forme de corruption et de favoritisme de haute volée, alors qu’en fait c’est exactement le contraire : ce sont les gouvernements qui rendent de telles situations possibles ». Les mécanismes de sauvetage financier qu’ils mettent en place favorisent les transferts de risques et tendent à éliminer toute notion de skin in the game (le titre de Jouer sa peau en anglais).

Il est, estime Taleb, une catégorie de personnes qui ne cesse d’enfler dans la population, celle des personnes plus douées pour expliquer les choses que pour les comprendre et encore plus douées pour expliquer que pour faire, et il y a, ajoute-t-il, une corrélation entre, d’une part, la vénération du sacro-saint Etat et des grandes entreprises ainsi que la confiance aveugle dans les prévisions et, d’autre part, l’abjuration de l’idée de « jouer sa peau », dont la mise en jeu seule permet d’endiguer la démesure humaine.

Qu’en est-il, dans cette discussion macro-micro, de la démocratie ? Pas de démocratie sans symétrie inconditionnelle des droits d’expression respectifs des parties, répond Taleb, lequel rejette le concept universaliste d’impératif catégorique kantien et met en en garde contre le danger de limiter la liberté d’expression au motif qu’elle pourrait heurter la sensibilité de certains et contre celui d’instaurer la pensée unique dans les médias et la culture, car on ne peut jamais entièrement convaincre quelqu’un que l’on a raison ou qu’il a tort, seule la réalité à l’épreuve du temps a ce pouvoir.

Le danger profond d’une confusion entre niveaux macro et micro et de l’intellectualisme d’une manière générale réside dans le fait qu’il transforme la réalité en construction abstraite et qu’il risque de nous faire passer à côté d’éléments essentiels, cachés, du réel. C’est, indique Taleb, cette dissonance entre théorie et pratique qui conduit à l’illusion qu’une approche de haut en bas peut réparer des systèmes complexes et qui favorise l’amalgame entre scientisme et science, cette dernière procédant d’un domaine où règne le scepticisme dont le scientisme précisément s’exonère volontiers.

Il est dans Jouer sa peau, pour jauger les affaires du monde au quotidien, d’autres enseignements que Palingénésie distillera au fil de prochains articles. Qu’il soit permis de conclure avec cet aphorisme : « Agir sans parler l’emporte sur le fait de parler sans agir ».

Relisez Taleb. Deux ans après sa parution, Jouer sa peau, Asymétries cachées dans la vie quotidienne conserve toute son insolente pertinence.

Jouer sa peau, Asymétries cachées dans la vie quotidienne, Nassim Nicholas Taleb, 384 pages, Les Belles Lettres.

* * *

Palingénésie rassemble et analyse les idées d’esprits brillants qui défient les narrations habituelles et qui inspirent la réflexion et le débat.

Partagez cet article avec vos amis et relations susceptibles d’être intéressés et invitez-les à s’inscrire sur https://palingenesie.com/.

* * *

Tout soupçon d’une allusion quelconque de l’auteur de l’article ci-dessus à l’écologisme serait, bien sûr, infondée et résulterait d’un hasard sauvage. D’écologisme, il est toutefois question dans On vous trompe énormément – L’écologie politique est une mystification que Palingénésie a publié en avril 2020. Commandez le livre en version papier ou au format kindle sur Amazon.fr en suivant ce lien.

Vous le trouverez dans quelques librairies (voir la liste en suivant ce lien). Si vous êtes libraire et souhaitez proposer le livre à vos clients, n’hésitez pas à contacter Palingénésie à l’adresse info@palingenesie.com.

Palingénésie dispose d’un petit stock d’exemplaires. Il vous est possible de commander le livre en direct en envoyant un mail à l’adresse de contact de cette newsletter.

Share and Enjoy !

0Shares
15 0

Soyez averti de nos prochains articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

15Shares