« Skin in the Game » (Nassim Nicholas Taleb) : Fatales asymétries

Ceux qui avaient cru comprendre que « Antifragile – Les bienfaits du désordre » (paru en novembre 2012 dans sa version originale en anglais et en août 2013 dans sa traduction française) constituait le magnum opus, l’aboutissement des autres essais et le dernier de Nassim N. Taleb, l’épistémologue et mathématicien de la Méditerranée orientale, et que celui-ci se consacrerait désormais à ses flâneries aux terrasses des cafés de Paris et d’ailleurs et à l’haltérophilie, se réjouiront de la parution de « Skin in the Game – Hidden Asymmetries in Daily Life » (publié en français aux Belles Lettres sous le titre « Jouer sa peau: Asymétries cachées dans la vie quotidienne »).

Faut-il y voir une application de cet aphorisme philosophique et pratique dans « The Bed of Procrustes » : « Des esprits platoniques s’attendent à ce que la vie se passe comme dans un film, avec des fins définitives ; les esprits concrets s’attendent à ce que les films soient comme la vie, et à l’exception de quelques conditions irréversibles comme la mort, se méfient de la nature définitive de toutes les fins déclarées comme telles par la nature humaine » ?

Le truculent croisé du hasard (« Fooled by Randomness », 2000-2001), de l’incertitude (« The Black Swan », 2007-2010) et du désordre (« Antifragile », 2012) revient dans ce cinquième opus sur un thème auquel il avait fait allusion au début du précédent : « A aucun moment de l’histoire, autant de preneurs de non-risques – tous ceux qui ne s’exposent pas personnellement – n’ont exercé une telle emprise. »

« Skin in the Game », le fait de jouer sa peau, adopté comme règle, nous soustrait, selon Taleb, aux méfaits de divergences qui s’accroissent avec la civilisation, entre, par exemple, l’action et le simple bavardage, la conséquence et l’intention, la pratique et la théorie, l’honneur et la réputation, l’expert et le charlatan, le concret et l’abstrait, l’éthique et le légal, l’authentique et le cosmétique, l’être et le paraître, le marchand et le bureaucrate, un entrepreneur et un directeur général salarié, les êtres humains et les économistes, auteurs et éditeurs, l’érudition et le milieu académique, la démocratie et la gouvernance, la science et le scientisme, la politique et les politiciens, l’amour et l’argent, l’esprit et la lettre…

Rappelant la mésaventure survenue à Antée (dont la force résultait de ce qu’il gardait le contact avec sa mère Gaïa, la Terre, et qu’Héraclès étouffa après qu’il l’eût soulevé du sol), Taleb avance que rien ne résiste à la perte de contact avec la terre. Et, « le contact avec le monde réel s’effectue en risquant sa peau » et en en payant les conséquences, bonnes ou mauvaises. C’est apprendre par la souffrance, le « pathemata mathemata » (παθηματα μαθηματα) des Grecs anciens.

Partant de ce point de vue, Taleb préconise comme principe de précaution de ne pas s’engager dans une action dont les dommages prévisibles sont importants et les résultats, imprévisibles, et il prend clairement position contre les « interventionistas » qui du fond de leurs bureaux climatisés prennent des décisions dont souffrent indirectement des innocents – yézidis, minorités chrétiennes, Syriens, Libyens, etc. – et dont ceux qui les font souffrir ne subissent aucune conséquence. « Nous avons toujours été fous, mais jusqu’à présent nous n’étions pas capables de détruire le monde. Désormais, nous le sommes. »

La paix ne résulte jamais d’un galimatias bureaucratique. « Si vous voulez la paix, faites en sorte que les gens commercent, comme ils le font depuis des millénaires. Ils finiront par s’arranger. » L’important, quand on a les pieds sur terre, n’est-il pas que les choses et la vie suivent leur train ? Il n’est en tout cas pas de se sacrifier pour une quelconque « grande » cause.

Libertarien, Nassim Nicholas Taleb ? « Nous libertariens, écrit-il, partageons un certain nombre de croyances, dont la principale est de substituer la règle de la loi à la règle de l’autorité. Sans qu’ils ne s’en rendent nécessairement compte, les libertariens croient aux systèmes complexes. Et, comme le libertarianisme est un mouvement, il peut se constituer en factions présentes au sein de différents partis politiques. » Plus loin, il dit son aversion pour un Etat qui nous dicterait notre comportement, car seule l’évolution sait si une chose fausse l’est réellement, à condition que l’on laisse la sélection s’opérer naturellement par ceux qui y jouent leur peau. A cet égard, ne prêtez pas attention à ce que les gens disent, mais à ce qu’ils font et à l’enjeu que cela représente pour eux.

Reste ce conseil donné à tous les jeunes gens qui veulent sauver l’humanité : « Jouez votre peau, créez une entreprise. » Sublime Taleb, à lire et à relire, dans sa désopilante désinvolture.

* * *

Cette recension du dernier ouvrage de Nassim Nicholas Taleb est basée sur la version originale en anglais, « Skin in the game – Hidden Asymmetries in Daily Life ».

Sur « Antifragile », relisez : Comment vivre dans un monde que l’on ne comprend pas ? Sur le libertarianisme, relisez l’interview de Thierry Afschrift : Après la tyrannie actuelle, régime libéral éclairé ou république vénézuélienne ?

* * *

Si cet article vous a plu, partagez-le sur les réseaux sociaux et envoyez-en le lien à vos relations susceptibles de s’y intéresser. Abonnez-vous à la newsletter sur la page d’accueil du site afin de ne manquer aucun article qui y est publié. C’est gratuit et vous pouvez à tout moment vous désabonner. Soutenez la page Palingénésie sur Facebook et suivez Palingénésie sur Twitter.

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

, ,

Trackbacks/Pingbacks

  1. « Jouer sa peau » de Nassim Nicholas Taleb | Contrepoints - 19 mars 2018

    […] Sur le web […]

  2. Que chacun s’y mette !, par Xavier Fontanet – Courtier en Bourse - 3 avril 2018

    […] audacieux ayant exercé leur imagination et pris des risques (19459016) Nassim Nicholas Taleb Peau dans le Jeu paru in English aux Belles Lettres sous le titre Jouer sa peau ). Ce sont des individus et […]

Laisser un commentaire

Laissez votre commentaire ici. Votre adresse Email restera strictement privée.
Email
Print